Il semble que beaucoup de référenceurs ne se reconnaissent pas dans les salaires annoncés par l'étude SEOcamp. Ces salaires sont-ils représentatifs de ceux pratiqués dans votre société ?

"D'une manière générale il y a toujours une différence entre ce qu'annoncent les entreprises et ce que disent les salariés. J'en parle avec transparence car je suis chef d'entreprise, mais j'ai aussi été salarié. Il faut avoir à l'esprit Les entreprises communiquent et donc veulent se faire flatter plutôt que huer !

Les salaires annoncés dans l'étude ne sont pas vraiment représentatifs de ce qui se pratique chez Odimat. En effet, nous recrutons des référenceurs avec un profil commercial que nous appelons appelons "Chargés Marketing". La rémunération actuelle est basse, car nous prenons généralement des juniors. Et rémunérer de manière trop généreuse un junior, c'est risquer de ne pas pouvoir le motiver d'ici 3 à 5 ans".

Les sociétés de référencement et annonceurs peinent à recruter, ce qui est à priori favorable aux référenceurs. Or de nombreux référenceurs se plaignent semble-t-il de rémunérations basses. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

"Ce qu'il faut savoir, c'est que la rémunération n'est pas comprise de la même manière d'un côté comme de l'autre : Les entreprises réfléchissent en salaire brut global (salaire net, charges salariales, avantages en nature, plan d'épargne entreprise, CE...) Les salariés regardent ce qui arrivent sur le compte bancaire tout simplement !

Dans le domaine du marketing Internet, les intitulés de postes ne veulent rien dire. Du moins ça change d'une entreprise à une autre. Derrière un "account manager" ou un "référenceur" se cachent des réalités très différentes. Entre le référenceur dont le métier se borne à faire de la soumission et le référenceur qui effectue une véritable analyse dans le but de faire progresser le trafic et le taux de conversion de ses clients il y a une grande différence".

Pour finir, recrutez-vous actuellement ? Quels profils ?

"Malheureusement nous avons déjà recruté cette année. Pour l'année prochaine, que les candidats avec une double compétence : technique / commercial-marketing n'hésitent pas à me contacter directement".

(accéder au reste des interviews)