Référencement, Design et Cie

Attention ce blog a déménagé et est en lecture seule. Cliquez ici pour accéder à mon nouveau blog SEO

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche © Sébastien Billard

25/09/2009

Rencontre SEO Camp le 15 octobre à Lille

La première rencontre SEO Camp de la Métropole aura lieu le 15 octobre à La Bonnetterie, 31 place du Théâtre à Lille, à partir de 19h30. Pour vous y inscrire, rendez-vous sur la page contact de l'association, en précisant "Inscription Lille" dans le sujet de votre message. L'inscription préalable est obligatoire.

Je ne pourrais malheureusement pas être présent, devant abandonner le soleil nordiste pour participer à un obscur séminaire à Majorque ;)

24/09/2009

Le scraping rarement un problème selon Matt Cutts

Dans une vidéo diffusée sur la chaine Google Webmaster Central, Matt Cutts s'exprime sur le fait de voir son contenu "scrapé", c'est-à-dire reproduit par des sites tiers. Selon lui, tant que le scraper fait un lien vers la source, ou que le contenu scrapé contient des liens vers le site original, cette duplication de contenu est plutôt bénéfique et ne devrait pas poser de problèmes en termes de visibilité dans les pages de résultats. Si c'était le cas cependant, Matt Cutts suggère de lancer une procédure de DMCA, ou d'effectuer un spam report.

Personnellement je serai plus nuancé. Il n'est pas si rare que des sites republiant du contenu (avec autorisation ou de façon sauvage) se positionnent mieux que le site source, alors même qu'un lien est fait vers ce dernier. C'est le cas typiquement des agrégateurs bénéficiant d'une forte notoriété qui arrivent à se positionner devant les sites sources souffrant d'un déficit de popularité. Heureusement le plus souvent le problème peut se régler en travaillant à développer les liens entrants du site original. De plus si le scraping existe c'est que cela crée du trafic. Où irait ce trafic sans scraping ? Là dessus je n'ai pas de réponse définitive. Dans mon cas par exemple, plusieurs sites font du trafic avec mon contenu (S2M, Wikio, Paperblog...). On peut penser que je perds des visites, mais en même temps je gagne quelques liens, des referers, et de l'exposition. Difficile donc de savoir si je suis gagnant ou perdant au final, d'autant plus que mon souci premier n'est pas de faire de la page vue (même si je dois bien confesser une petite poussée d'égo quand mes courbes de fréquentation grimpent).

Quelques conseils en complément de ceux de Matt Cutts pour limiter les dégats du scraping, et pourquoi pas en bénéficier :

  • Surveillez régulièrement qui republie votre contenu, en faisant des recherches sur vos titres ou sur des extraits courts de votre contenu (en utilisant des guillemets)
  • Travaillez votre popularité. Les liens ont une grande importance dans la détermination par Google de la version originale d'un contenu
  • Quand vous faites référence à vos pages, utilisez des liens absolus, et non pas des liens relatifs.
  • Ne publiez pas en flux intégral (ne marche que pour le scrap des flux RSS)
  • Faites en sorte qu'un lien vers votre site automatiquement ajouté à chaque billet dans vos flux RSS (des plugins existent pour Wordpress, celui-ci par exemple)
  • Contactez les scrapers pour négocier soit l'arrêt du scrap, soit un scraping partiel suivi d'un lien vers l'URL source. Il y a des scrapers de bonne foi, qui se montrent compréhensifs.
  • Rappelez-leur la loi. En particulier les articles L111-1 et L122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle.
  • S'ils utilisent Adsense, signalez à Google le fait qu'ils scrapent votre contenu en cliquant sur le lien "Annonces Google" d'un de leurs blocs d'annonces, puis sur "Signalez un cas de non-respect du règlement concernant le site ou les annonces que vous venez de voir". Le scrap est moins motivant une fois banni d'Adsense ;)

11/09/2009

Google infiltré par les francs-maçons ! (ou la conspiration du vendredi)

Après des années de recherche, je suis désormais en mesure de démontrer cette incroyable vérité : Google est en réalité une vaste entreprise maçonnique. Quelques preuves irrefutables :

Troublant non ? Vendredi prochain je vous montrerai que Google n'est en fait qu'un des volets d'une conspiration mondiale impliquant l'ensemble des gouvernements, la NSA ainsi que des entités biologiques extra-terrestres :p

9/09/2009

2 synthèses sur la répartition des clics dans les pages de résultats des moteurs

A l'occasion de ma veille quotidienne, deux billets ont dernièrement retenu mon attention : celui de Branko Rihtman et celui de Mike Baxter. Tous deux tentent de faire la synthèse des données disponibles sur la distribution des clics dans les 10 premiers résultats naturels des moteurs de recherche.

Une des premières chose que l'on peut observer est d'abord la remarquable homogénité des résultats : alors que les échantillons, les méthodes de mesure (fichiers log et eye-tracking) ainsi que les dates des expérimentations varient, la forme de la courbe de distribution reste globalement la même (avec quelques légères variations ). Mike Baxter a d'ailleurs pu modéliser à partir de ces données une fonction donnant le pourcentage moyen de clic (CTR) en fonction de la position dans les SERPs : ce pourcentage est donné par la formule 0.59*Position^-1.94. Ainsi statistiquement 59% des utilisateurs tendront à cliquer sur le premier résultat, alors que ce chiffre sera de moins de 0.7% pour le 10ème résultat. Précisions qu'il ne s'agit que d'une tendance et que le comportement de l'utilisateur en tant qu'individu n'est pas si mécanique. De plus son comportement pourra varier selon le type de recherche effectué (requête navigationnelle, informative ou transactionnelle)

Autre chose notable : les données les plus récentes tendent à montrer un report des clics vers les toutes premières positions, là précisément ou l'on retrouve le plus souvent les résultats de type "recherche universelle". Une autre explication serait que la qualité des résultats allant en s'améliorant, les meilleurs résultats sont mieux positionnés qu'avant.

7/09/2009

Statistiques : le e-commerce toujours en progression

Les données publiées aujourd'hui par Comscore semblent montrer que la fréquentation des sites e-commerce se porte bien malgré la crise (ou grâce à elle ?) : ainsi, la fréquentation des sites marchands audités a augmenté de 21% par rapport à l'année dernière, alors que la progression habituelle est plutôt de l'ordre de 5%. Le secteur de l'habillement est le grand gagnant du shopping virtuel.