Référencement, Design et Cie

Attention ce blog a déménagé et est en lecture seule. Cliquez ici pour accéder à mon nouveau blog SEO

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche © Sébastien Billard

20/12/2007

Photos de Laure Manaudou nue montrant à Nicolas Sarkozy et Carla Bruni comment installer Firefox 3 beta 2 sur leur Iphone

Quitte à chercher l'audience à tout prix autant le faire bien ;) A part ça, Jakob Nielsen a bien raison : "on the Web, most people are bozos and not worth listening to" ("sur le web, la plupart des gens sont des crétins, indignes du moindre interêt").

PS : à en juger par les statistiques de ce blog, vous êtes nombreux à rechercher les photos des personnes citées dans billets... Aussi je vous suggère Amazon, où vous trouverez j'en suis sûr de très belles photos de Laure Manaudou et de Carla Bruni ;)

19/12/2007

Une interview de Matt Cutts avec quelques informations intéressantes

Dans une interview accordée à Stephan Spencer, Matt Cutts laisse filtrer quelques informations sur les méthode employées par Google et tord le cou à plusieurs mythes. Résumé des points les plus intéressants :

  • Le PageRank est bien l'un des indicateurs employé par Google pour determiner quelle version d'un contenu dupliqué en plusieurs endroits est la version originale.
  • Il existe encore quelques moyens non documentés d'identifier les pages en résultats complémentaires, mais la distinction entre les deux index n'a plus vraiment de sens aujourd'hui.
  • Concernant l'indexation du contenu des fichiers Flash, Google utilisait originellement un parser développé en interne, mais utiliserait désormais le SDK fourni par Adobe.
  • Les liens issus des sites sociaux de mise en favori type del.icio.us ne sont aucunement dépreciés. Un lien est un lien, sauf usage éventuel de l'attribut nofollow.
  • Les liens issus de domaines en .edu ou .gov ne se voient pas reconnaître un poids plus fort du seul fait de leur extension. Par contre Matt Cutts laisse entendre que d'autres signaux seraient transmis via les liens, qui seraient basés sur la qualité et la confiance.
  • La vision "100% algorithmique" du moteur dans le passé était justifiée par le fait que Google disposait alors de peu de moyens humains. Matt Cutts pense aujourd'hui que l'intervention humaine peut être bénéfique, à condition d'être extensible ("scalable") et fiable .
  • L'achat de lien est efficace ! Matt Cutts explique en fait que la tactique consistant à acheter des liens vers ses concurrents pour ensuite les dénoncer risque d'aider ces derniers plutôt que de les handicaper.

18/12/2007

Un rapport de Jakob Nielsen sur l'accessibilité à télécharger gratuitement

A l'occasion des fêtes de fin d'année, les experts en utilisabilité de Nielsen Norman Group viennent de mettre en libre téléchargement "Beyond ALT Text: Making the Web Easy to Use for Users with Disabilities" (PDF), un rapport de 148 pages sur l'accessibilité des sites web et intranets. Ce rapport inclut en particulier 75 recommandations pour rendre son site plus accessible.

Je n'ai pu que survoler le document, mais celui-ci semble très intéressant, avec notamment des photos des différentes technologies d'assistance, et des recommandations illustrées et argumentées.

12/12/2007

Des recherches plus discrètes avec AskEraser

La débat sur la confidentialité des données personnelles collectées par les moteurs de recherche est une question récurrente. L'Union Européenne, via le Groupe de travail Article 29 sur la protection des données avait par exemple interrogé l'été dernier les moteurs à ce sujet. La réponse de Google à l'époque avait été de rendre anonymes les données collectées au bout de 18 mois (PDF).

Aujourd'hui, Ask va plus loin en lançant AskEraser, une fonctionnalité permettant aux utilisateurs d'effacer toutes les traces de leur activités de recherche sur le moteur, à savoir les termes recherchés, les sites visités, l'adresse IP ainsi que les identifiants de session associés aux recherches.

La furtivité n'est toutefois pas totale :

  • Les données ne sont effacées qu'à partir du moment où AskEraser est activé (on ne peut effacer son activité passée).
  • L'activité de l'utilisateur est conservée quelques heures, pour des raisons techniques.
  • En cas de comportements anormaux, l'activité de l'utilisateur peut être conservée un peu plus longtemps afin de résoudre les problèmes.
  • Ask est tenu de se conformer aux legislations des états, qui peuvent exiger du moteur de conserver certaines données.

AskEraser constitue néanmoins un progrès indéniable. On peut par contre regretter que cette fonctionnalité ne soit accessible qu'aux USA et au Royaume-Uni, et non dans des pays où la question est autrement plus sensible (la Chine, par exemple).

11/12/2007

Les balises <meta> réellement utilisées par Google

Dans un récent billet sur le blog Google Webmaster Central, John Mueller revient sur l'usage fait par Google des balises <meta>. Certes, ces balises ont depuis longtemps perdu de leur importance en matière de positionnement. Cela dit, elle participent néanmoins à la qualification de l'information, et c'est à ma connaissance la première fois qu'un Googler s'exprime sur le sujet.

Qu'en est-il donc ? John Mueller confirme que la balise meta "description" est bien utilisée par Google. Questionné dans les commentaires à propos de la balise meta "keywords", John Mueller indique par contre que celle-ci n'est généralement pas utilisée, mais que l'on est libre de l'insérer si on en a l'usage.

Concernant la balise meta "language" et l'attribut "lang", John Mueller explique qu'ils ne sont pas pris en compte pour déterminer la langue d'un document.

A lire également sur le sujet : Le point sur les balises meta.

7/12/2007

Buzz de Noël

Vous prendrez bien une petite tranche de buzz ? Avec Buzz de Noël, les webmasters ont eux aussi droit à leur calendrier de l'Avent : découvrez ainsi chaque jour sur le site un nouvel article sur un aspect particulier du webmastering.

Le but de l'opération ? Rien de spécial, d'après un des initiateurs du projet, si ce n'est "se faire plaisir en rassemblant 25 bons contenus sur un même site, rédigés par quelques bonnes têtes".

Oh et tant que j'y suis, passez donc faire un tour sur la boutique Référencement Design et Cie si vous êtes en mal d'inspiration pour vos cadeaux ;)

5/12/2007

Bilan d'un dîner blogosphérique avec Valérie Pecresse

Hier soir avait donc lieu le dîner réunissant Valérie Pecresse, ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Bernard Benhamou, délégué aux usages de l'Internet, quelques conseillers de la ministre, ainsi qu'une quinzaine de blogueurs, dont votre serviteur.

Pas de révélations fracassantes lors de ce dîner : la ministre a d'abord brièvement réaffirmé sa vision de l'Internet, et son projet de faire rentrer l'Internet dans tous les foyers français. Pour Valérie Pecresse, "on est à la croisée des chemins, et on n'est pas très bons en terme d'équipement des ménages" : "47% de connectés, ce n'est pas assez". D'ailleurs la fracture numérique à son sens "n'a jamais été aussi grande que maintenant".

La ministre se pose un certain nombre de questions : "Comment développer l'équipement des ménages ?" "Quel rôle pour l'Europe, et quelle ambition la France porte-t-elle concernant les technologies de l'information?" "Que sera le net 3.0, le web de demain, l'internet des objets ?" "Qu'est-ce qu'on fait pour les personnes âgées ?" "Quelle perspectives technologiques ?" Eric Dupin fait pertinemment remarquer qu'avant de vouloir équiper les ménages, il faudrait dresser une typologie des non-connectés, pour mieux cerner leurs besoins. Pour Gilles Klein, qui croit aux terminaux mobiles, "tout ne passe pas par l'ordinateur". Fredéric Cavazza reste persuadé que le web mobile est réservé à une utilisation d'appoint ; certains convives ne sont pas d'accord.

La discussion s'est ensuite poursuivie de façon très informelle, abordant successivement les questions de l'identité numérique, du haut débit, de l'internet mobile,du droit de l'internet, de l'usage du web par les seniors, de l'hégémonie Google...

Parmi les points positifs de cette soirée, outre l'initiative en elle-même : une ambiance décontractée, un vrai dialogue (tous les sujets étant "open" pour reprendre les termes de la ministre) et bien sûr des convives tous passionnés par le web. Bref une très bonne prise de contact.

Par contre, je trouve dommage que les discussions n'aient pas plus porté sur les questions de formation et de savoir, et sur les problèmes d'aujourd'hui (plutôt que sur l'internet de demain). Le profil des convives, plutôt geek et "2.0", y est sûrement pour quelque chose. Il est également regrettable qu'aucun blogueur du monde de l'enseignement, de la recherche ou de la formation n'ait été présent (Olivier j'aurai vraiment apprécié te voir à ce diner).

Parmi les point que j'aurai voulu aborder (et que je n'ai pas pu, faute de temps) :

  • Il y a vraiment besoin de former à la recherche d'information : Si n'importe qui sait taper une requête dans un moteur, rares sont ceux qui savent véritablement chercher.
  • L'accès direct à une quantité illimitée d'information rend nécessaire une formation à l'analyse critique de cette information. Ce n'est pas parce qu'une information est reprise partout ou qu'elle est en 1ère position dans Google qu'elle est valide.
  • Une reflexion est à mener sur la tendance chez les étudiants (et parfois même chez les profs) au copier-coller (on parle maintenant de TJ ou "Text Jockeys"). En agrégeant de l'information de façon superficielle, on la fait circuler, mais on ne la fait pas sienne.
  • Il faut pousser à la diffusion du savoir, inciter les chercheurs et enseignants à publier sur le web et de façon accessible leurs articles et supports de cours. J'arrive très facilement à trouver de l'information outre-atlantique puisque les chercheurs ont en général une page personnelle sur le site de leur université (exemple d'une page parmi tant d'autres). Ce n'est pas le cas semble-t-il en ce qui concerne la France et lorsque l'information est publiée, elle tombe souvent dans le web invisible.
  • On parle de mettre le web à portée de seniors : pourtant le decrêt d'application de la loi de fevrier 2005 relative à l'égalité des chances tarde à être publié. La ministre compte-elle accélérer les choses ?

Toutes ces questions nécessitent bien sûr une reflexion poussée, et on ne va pas refaire l'Internet en un dîner. C'est pourquoi j'ai émis l'idée auprès d'Edouard de Pirey, conseiller de la ministre d'organiser de nouvelles rencontres plus longues avec une sélection plus restreinte et plus ciblée de blogueurs spécialistes, blogueurs qui pourraient proposer d'autres spécialistes, éventuellement d'une notoriété moindre, mais d'une autorité certaine.

Quelques compte-rendus de confrères : Gilles Klein, Frédéric Cozic, Richard Malterre, Eric Dupin

3/12/2007

Un référenceur au Ministère de l'Education Supérieure et de la Recherche

Invité à dîner comme plusieurs autres blogueurs notoires, j'aurai l'honneur mardi prochain de rencontrer Valérie Pecresse, ministre de l'Education Supérieure et de la Recherche, pour "un échange direct autour, d’une part, des thèmes qui me semblent prioritaires et, d’autre part, des actions qu’entend mener la ministre dans le domaine des nouvelles technologies". Plus concrêtement, il s'agira pour la ministre de présenter "sa stratégie pour dynamiser le secteur des technologies de l'information et des communications", et de "recueillir des avis et suggestions sur la question", m'a précisé un de ses conseillers.

Quelques blogueurs ont décliné l'invitation, dont Olivier Ertzscheid, maître de conférence, qui "refuse de se prêter au jeu du blogueur relais d'opinion et chambre d'écho politique". Il est vrai qu'on peu légitimement penser que cette rencontre est en partie une opération de communication.

J'ai toutefois répondu positivement à l'invitation de la ministre, après un moment d'hésitation, étant conscient que si j'étais invité, c'est très probablement parce que mon blog jouit d'une certaine visibilité. Mais après tout, j'ai quelques interêts et opinions sur les sujets abordés, c'est un moyen de collecter de l'information à la source, et ce peut être l'occasion de participer à la reflexion de la ministre (sans être naïf cependant). Ce n'est aussi pas tous les jours que l'on est invité au Ministère. Nous verrons bien.

Si vous avez quelques opinions sur le sujet des TIC, n'hésitez pas à les exprimer en commentaire.

PS : Je précise avant tout procès d'intention que je ne suis ni sympathisant UMP, ni courtisan, ni membre d'un réseau lemeurien ou autre, ni jeune entrepreneur 2.0 au dents longues. Je viens à ce dîner à mes frais (89€ d'hotel). Et mes chevilles se portent bien.